Conduire en Algérie

Information donnée sous toute réserve, car les procédures peuvent évoluer sans que le consulat en soit averti.

Le permis français suffit pour circuler en Algérie pendant les premiers mois après votre arrivée. Des ressortissants français nous ont toutefois signalé que des agents de police exigent parfois aussi la présentation du permis international. Aucune règlementation du Ministère de l’intérieur et des collectivités locales algérien et connue du consulat n’exige le permis de conduire international.

Les informations ci-dessous sont données au cas où, par précaution, vous souhaiteriez détenir un permis de conduire international.

1. Obtention du permis de conduire international en Algérie

Pour obtenir un permis de conduire international, vous devez vous rapprocher d’une agence Touring Club d’Algérie.

Vous seront demandés :
- la présentation de votre permis original
- une copie légalisée du permis national (copie à légaliser auprès d’une APC )
- deux photos récentes et identiques
- un timbre fiscal de 500 dinars.

Il vous faudra également vous acquitter des frais de dossier (environ 1000 dinars).

Ce permis international est valable pour une durée de 3 ans.

N’ayant pas de valeur en soi, lorsque vous conduisez en Algérie, il vous faudra toujours être muni du permis international et du permis national français.

Il existe plusieurs agences Touring Club.

Pour connaître la plus proche, je vous invite à vous rapprocher de l’agence Touring voyages d’Algérie qui en est une filiale.
Elle se situe au 03 boulevard Zirout Youcef à Alger ( tél. : 021 73 71 08 ).

Le dépôt de dossier doit se faire le matin avant 11 heures.

2. Obtention du permis de conduire international en France

Dans la mesure où, en Algérie, en dehors de la capitale, et en dehors de quelques grandes villes, il est difficile de trouver des agences du Touring Club d’Algérie, le consulat vous signale qu’un permis de conduire international peut être obtenu en France avant votre départ.

Cliquer ici pour consulter le site qui répond à cette question.

3. Les infractions au code de la route en Algérie

Tout automobiliste est soumis au respect des règles du Code de la route du pays dans lequel il circule : en cas d’infraction, il est passible des mêmes sanctions que celles qui peuvent être prononcées à l’encontre des ressortissants du pays concerné.

Si vous êtes amenés à conduire en Algérie, il vous faudra donc respecter les règles du Code de la route algérien : nous attirons votre attention sur les lourdes sanctions encourues en cas d’infraction.

Le permis de conduire peut ainsi vous être automatiquement retiré (peu importe la gravité de l’infraction commise).

Le retrait de permis peut l’être pour une durée allant de 10 jours (en cas de contravention) à 6 mois : c’est lors de votre passage en commission, que la durée du retrait sera déterminée.

Les infractions sont sanctionnées selon leur gravité : cela va d’une peine d’amende à une peine d’emprisonnement ; vous trouverez dans le document PDF ci-dessous lien le détail des sanctions encourues (article 65 et suivants).

PDF - 487.3 ko

Les autorités de police sanctionnent massivement les excès de vitesse (attention, hormis quelques nouveaux axes autoroutiers, en général la vitesse sur autoroute est limitée à 80 KM/H) : vous trouverez en Algérie des radars fixes mais aussi mobiles. Les autorités sont également vigilantes quant à l’utilisation du téléphone portable au volant : des motards contrôlent régulièrement cet usage passible d’une contravention de 3ème degré (c’est-à-dire d’une amende allant de 2000 à 4000 dinars, et d’un retrait de permis durant trois mois).

publié le 05/02/2015

haut de la page